Jour 62 – Le carnet d’aventure

Une première entrée au « carnet d’aventure », en condensé et un peu tardive, car voici 2 mois jour pour jour que j’ai découvert le régime GAPS et ce fut une révolution particulièrement active, en cuisine entre autre.
J’ai découvert et commencé ce programme alimentaire avec comme objectif global d’améliorer mon état de santé et plus particulièrement pour agir sur certains « signaux d’alarme » présents depuis quelques années :
– intolérances alimentaires (ce qui, si on en croit les principes sur lesquels reposent le syndrome GAPS est proche du point d’origine de tout ce qui suit) ;
– eczéma sur les mains et les pieds, souvent lié à des écarts alimentaires ;
– refroidissements ou angines à répétition à toutes les saisons ;
– grande fatigue souvent et grande frilosité toujours ;
– troubles anxieux avec somatisation face aux voyages/déplacements inhabituels et à certaines situations sociales ;
– terrain autrefois propice aux mycoses (que je considère encore latentes).

Je n’ai pas encore mis en place le régime d’introduction. Je suis actuellement en train de me familiariser avec la fermentation des légumes pour pouvoir aborder complètement cette phase.
J’ai par contre adopté le régime global dès le départ. Et pour moi qui comptais sur mes 2 ou 3 portions de riz par jour, c’était un petit défi ! Je n’ai gardé que les légumes et les noix, gardé l’habitude de tout consommer strictement bio, j’ai redécouvert avec bonheur certains produits laitiers (en version cru) et consommé un peu de viande chaque jour (avant c’était plutôt 1 ou 2 fois par semaine).
A l’introduction des premiers bouillons, j’ai remarqué quelques réactions désagréables que j’ai attribuées au die-off induit par le changement alimentaire.
Ce sont ensuite installés de véritables dégoûts/nausées que j’ai liés aux oeufs introduits en grande quantité sous forme de jaunes (et uniquement les jaunes) cru ou sur le plat le matin. J’ai stoppé net les oeufs crus et n’ai gardé que les oeufs cuits en préparation comme dans le pain sans céréales. Après quoi j’ai pu remanger tout le reste avec plaisir.
J’ai redécouvert le foie, autrefois détesté. Maintenant, je ne pourrais plus passer une semaine sans savourer un peu de ce délicieux pâté de foie.
Avec l’arrivée des yaourts maison sans lactose, j’ai pu expérimenter un confort digestif que je n’avais que très rarement atteint auparavant sans une bonne dose de riz et la prise de probiotiques sous forme de gélules.
Les quelques inconforts que j’ai évoqués dans l’article sur la réaction de die-off sont à présent derrière moi à une exception près :  actuellement mon eczéma flambe comme jamais !!
Plusieurs raisons possibles (et combinables) à cela.
Le magasin n’a pas reçu de lait cru la semaine dernière donc pas de bon yaourt probiotique pour tenir le cap !
Mon compagnon a pris froid la semaine dernière également et je n’ai pas été épargnée par les microbes. Dans ces cas-là, j’utilise habituellement un peu d’huiles essentielles (en diffusion) même si cela me donne un peu d’eczéma à coup sûr. Cette fois-ci ce n’est pas « un peu » !
Plus simplement comme c’est une réaction d’élimination de dernier recours quand les autres organes d’élimination sont dans le rouge (ce qui a toujours été plus ou moins le cas pour moi), cela fait partie du processus et c’est à accepter.
Tout ceci reste évidemment de l’ordre du très supportable et je suis très heureuse d’avoir embarqué dans cette belle aventure santé !

insert13

Et je ne suis pas toute seule puisqu’un groupe de discussion tout frais créé sur Facebook commence à former ses premières petites bulles de fermentation toutes vives !

Hâte d’entamer ce 3e mois au pays des bouillons et de la merveilleuse p’tite faune qui soigne de l’intérieur !

Publicités