GAPS et l’enfant autiste

L’écrasante majorité de ceux qui parlent du régime GAPS sur internet sont des parents qui ont entrepris ce changement alimentaire pour leur enfant. La plupart de ces enfants sont autistes, d’autres présentent des troubles du comportement ou de l’apprentissage au sens large du terme.
A ce titre, je suis un exemple atypique puisque je suis « mon propre patient » et que, n’étant pas maman, je n’ai pas l’occasion de me pencher sur la transposition du régime GAPS aux plus petits pour en partager l’expérience sur ces pages.
Mais la question de l’autisme infantile est beaucoup trop centrale lorsqu’on aborde le syndrome GAPS pour ne pas l’évoquer ici.

insert31

Dr Campbell-McBride n’est pas arrivée à la nutrition par hasard. Lorsque son fils, alors âgé de 3 ans, est diagnostiqué comme autiste profond, elle réalise que sa spécialité, la neurologie, ne lui suffit pas pour parvenir à comprendre et intervenir sur l’état de santé de son fils. Elle décide de ne négliger aucune piste et se tourne finalement vers la nutrition dont elle étudie tous les aspects.

Ses recherches l’amènent à considérer l’autisme comme une intoxication du cerveau. Le cerveau, saturé par les toxines, ne parvient plus à fonctionner adéquatement. Et ce, en raison d’une véritable épidémie qui s’intensifie depuis une soixantaine d’années : celle d’une flore intestinale toujours plus dégradée, de génération en génération.
Cette relation entre l’état de la flore intestinale et celui du cerveau qui peut surprendre au départ, elle l’explique très simplement par une série de liens de cause à effet que je vais tenter de résumer très succinctement ici.
Il y a tout d’abord des aspects liés au milieu dans lequel nous vivons et qui s’additionnent. Comme l’apparition des antibiotiques, de la pilule contraceptive, l’usage des pesticides sur les cultures, la pollution des eaux, et bien d’autres encore.
Chacun de ces éléments constitue une agression plus ou moins grave pour notre immunité qui repose sur un équilibre très complexe entre bonnes et mauvaises populations de bactéries. Dès que cet équilibre est rompu, toutes les règles du jeu changent et ce sont les mauvaises bactéries qui, après chaque nouvelle agression de la bonne flore, renforcent leurs positions et finissent par mener la danse. Elles vont alors, à la fois, produire certaines toxines et contribuer à en laisser passer d’autres dans le sang. Une fois présentes dans le sang, ces toxines vont se fixer un peu partout dans le corps.

Parallèlement à ces éléments contextuels, il y a ensuite la question de la transmission de la flore intestinale au bébé. Dans le ventre de sa mère et jusqu’à la naissance, le bébé est stérile. Il n’a pas encore de flore intestinale. C’est au moment de la naissance qu’il entre en contact avec celle de sa mère et cette flore transmise prend place dans l’organisme du bébé pour devenir la sienne. Mais il la reçoit en l’état ! Ce qui fait que, globalement, avec notre mode de vie moderne et de génération en génération, cet héritage immunitaire est transmis à chaque fois un peu plus détérioré et plus fragilisé.

Pour en revenir au Dr Campbell, c’est la suite son histoire familiale qui explique l’énorme succès que le régime GAPS connaît actuellement dans les pays anglo-saxons.
En suivant la piste nutritionnelle, elle est parvenue à guérir l’autisme de son fils et, durant de nombreuses années de pratique clinique, elle a confirmé l’efficacité de cette approche sur des centaines de patients, enfants comme adultes, qui souffrent de maladies et de troubles liés à la toxicité.

La traduction française de son premier livre est sortie en 2011 pourtant, en parcourant rapidement les forums et groupes de discussion francophones consacrés à l’autisme ou à d’autres maladies associées, je ne trouve qu’une ou deux mention du GAPS, éternel absent (de mes courtes recherches du moins).
J’espère qu’à l’avenir de nombreux parents auront la chance de témoigner des progrès, voire de la guérison de leur enfant grâce à cette approche.

Actuellement, je me penche sur la traduction d’une interview de Donna Gates et du Dr Campbell-McBride réalisée par « F.A.I.R. Autism Media » et qui parle exclusivement de leurs méthodes de traitement de l’autisme infantile. J’espère poster cette interview rapidement pour compléter celle qui a inauguré ce blog et ainsi contribuer à faire connaître un peu mieux cette alternative aux familles concernées.

>>> Mise à jour : Les vidéos traduites sont à présent disponibles.<<<
>>> Vous pouvez les visionner ici. <<<

Publicités

Une réflexion sur “GAPS et l’enfant autiste

Les commentaires sont fermés.